Littéralement « lien retour » ou encore « lien entrant », le terme « backlink » est utilisé dans le domaine du référencement naturel (SEO) pour désigner un lien hypertexte à l’intérieur d’un contenu pointant vers un autre site, un autre domaine. On peut lui opposer le lien interne qui peut prendre la même forme mais renvoie exclusivement à un contenu sur le même site.

Le lien interne est principalement utilisé pour faciliter la navigation Backlink de l’internaute et l’indexation des pages par les robots de Google, alors que le backlink sert à :Indiquer à l’internaute l’emplacement externe d’une information / d’un produitTransmettre de la popularité depuis un site web vers un autre

C’est à cette deuxième fonction que le SEO s’intéresse particulièrement. On considère ainsi qu’insérer un backlink dans un contenu est une manière de recommander un autre contenu, une autre page web. Cette recommandation est un gage de confiance (appelé « Trust ») que Google utilise dans son algorithme de pertinence pour déterminer le classement des résultats de son moteur de recherche. Pour schématiser, plus un site web possède de backlinks (c’est-à-dire des liens depuis des sites qui le recommandent) et plus sa popularité augmente aux yeux de Google. Bien sûr, la réalité est un petit peu plus complexe que ça…

Le backlink est généralement réalisé dans le cadre d’une stratégie SEO et de son volet « off-site », la stratégie de netlinking. Le consultant SEO ne se contente plus des backlinks naissant « naturellement » vers son site depuis des sources qu’il ne maîtrise pas. Il va chercher à les générer en plus grande quantité et/ou qualité. Le backlink se complexifie alors dans sa théorie et se voit affecter des attributs (no follow par exemple), et même un jugement de valeur, porté par Google. Cette classification d’un backlink comme étant de bonne ou de mauvaise qualité s’effectue en fonction de nombreux critères, notamment liés au contexte du backlink, sur lesquels les experts SEO tentent d’influer.

Comment le backlink peut-il influencer le positionnement d’un site dans les SERP Google ? Et comment mettre en œuvre une stratégie de netlinking pour acquérir de bons backlinks ?Le Backlink : définitionLes composantes d’un backlink

Dans le code HTML, un backlink est matérialisé par la balise du lien, qui contient l’url cible : l’adresse du contenu que l’on souhaite lier. Cette balise s’ouvre et se ferme de manière à encadrer un ou plusieurs mots-clés, qui constituent l’ancre de lien. C’est sur cette expression que l’internaute pourra cliquer pour accéder au contenu lié.

ancre du lien

Pour que Google commence à juger de la qualité d’un backlink, il faut que l’ancre de lien soit pertinente par rapport au contenu visé : qu’elle permette de le définir ou a minima d’inciter à l’action dans un contexte thématique et sémantique approprié. Ainsi, une ancre de lien comme « Général De Gaulle » qui pointerait vers la page wikipédia de Napoléon risquerait fort de ne pas être jugée pertinente… En revanche, les ancres suivantes le sont beaucoup plus :

De tous les empereurs européens, Napoléon 1er est sans doute l’un des plus connus.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Napoléon et ses conquêtes, cliquez ici.

La page Wikipedia de Napoleon vous en apprendra beaucoup plus sur son histoire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Napoléon 1er

Ensuite, pour constituer un bon backlink, il faut non seulement que l’ancre du lien ait un rapport avec le contenu de la page cible, mais également que la page émettrice du lien traite d’une thématique proche ou identique. Ainsi, si le lien vers la page wikipedia de Napoléon est inséré dans un article décrivant uniquement la vie du Général De Gaulle, il y a peu de chances que Google le juge qualitatif… En revanche, s’il est inséré dans un article décrivant les grandes figures militaires françaises et que ce contenu accorde autant d’importance à Napoléon qu’au Général De Gaulle (paragraphes de tailles égales, sous-titres explicites…), le lien commence alors à trouver sa cohérence aux yeux de Google par rapport à un contexte donné.L’attribut « nofollow » d’un backlink

Si vous avez un site, un blog, ou même une simple boîte mail, vous êtes sûrement familier du concept de spam : un message non désiré qui s’impose à vous par le biais d’un email ou d’un commentaire et qui, la plupart du temps, vous invite à cliquer sur un lien. Les techniques de spam ont vu le jour autant pour amener le visiteur sur un contenu précis que pour récupérer quelque chose, comme des données personnelles par exemple. On désigne donc comme « spammy » des contenus ou commentaires laissés sur des blogs ou des forums qui ont d’abord pour objectif de bénéficier à leur auteur, et moins au contenu sur lequel ils sont publiés. Les commentaires spammy contiennent souvent des liens vers des sites douteux afin de leur permettre entre autres de récupérer la popularité SEO du site, récupérer du « jus de liens » (voir plus bas).

Pour éviter cette fuite de popularité par le biais de liens mal maîtrisés, il est possible d’affecter aux backlinks un attribut : rel= «nofollow ». Il s’agit d’une consigne pour les moteurs de recherche au moment où ils découvrent le lien dans la page : elle leur indique que le site émetteur « n’assume pas » le lien en place et dès lors ils ne doivent pas effectuer de transfert de popularité. Un blog peut par conséquent décider d’affecter par défaut un attribut « nofollow » à tous les liens publiés par les internautes dans ses commentaires, et ainsi prévenir les risques pour son référencement en protégeant sa popularité.

ancre du lien

En toute logique, pour qu’un backlink puisse jouer un rôle dans l’amélioration du référencement d’un site web, il ne doit pas comporter l’attribut « nofollow », sous peine d’être considéré comme ouvertement désavoué… La qualité d’un backlink est donc aussi affaire de légitimité !L’emplacement d’un backlink

Enfin, ce qui peut changer la donne en matière de qualité du backlink est sa position à l’intérieur de la page source. Google considère qu’un lien en contexte est plus pertinent qu’un lien seul, déconnecté d’un environnement sémantique. Il est donc plus efficace pour vos performances SEO de placer un backlink à l’intérieur d’un paragraphe de texte, plutôt que dans un menu par exemple.

Une pratique courante – et plus ou moins obsolète – consiste à placer des backlinks dans le footer d’un site. Ainsi, le backlink est présent sur toutes les pages du site, transférant la popularité éventuelle de chacune d’elles vers le site cible. Mais Google n’est pas dupe : la position du backlink inférieure à tous les autres éléments de la page et généralement en police plus petite lui indique que ce lien n’a pas vraiment vocation à être cliqué par l’utilisateur. Dès lors, Google identifie votre backlink comme ouvertement flagué « SEO » et lui accorde moins de crédit dans le calcul de la popularité.

De même, pour éviter les abus, face à plusieurs occurrences du même lien à l’intérieur d’une page, Google ne prend en compte que la première dans son calcul de pertinence et de popularité. Ainsi, seule la première ancre compte pour contextualiser le lien, de même que la position du premier lien à l’intérieur de la page.

Vous l’aurez compris, la qualité d’un backlink est donc un savant mélange de critères auquel vient s’ajouter son positionnement stratégique dans la page : plus il est contextualisé et situé haut dans le texte, plus il a de chances d’être perçu comme un backlink qualitatif par l’algorithme de Google.L’importance des backlinks en SEO

La popularité au cœur de l’algorithme de Google

Après avoir défini ce qui peut être considéré comme un bon backlink, prenons quelques lignes pour expliquer le fonctionnement de l’algorithme de Google qui lui permet d’établir le classement des résultats pour une requête donnée.